Category Archives: Café Myriade

Canadian Barista Championship: 2009 Results

  1. Kyle Straw, Caffè Artigiano, Vancouver, BC (663 points)
  2. Anthony Benda, Café Myriade, Montreal, Qc (627 points)
  3. Chad Moss, Transcend Coffee, Edmonton, AB (610 points)
  4. Robert Kettner, Fernwood Coffee Roasting, Victoria, BC (601 points)
  5. Spencer Viehweger, JJ Bean Coffee Roasters, Vancouver, BC (592.5 points)
  6. Joel May, Fratello Coffee Roasters, Calgary, AB (576.5 points)

Barista’s Choice (Reggie Award)

Anthony Benda, Café Myriade, Montreal, Qc

Coffee at CBC

Went to @cbchomerun to talk about coffee. If you got here because of my short intervention, welcome!

Here are some of my coffee-related blogposts

http://enkerli.wordpress.com/2007/08/13/montreal-coffee-renaissance/
(thoughts on a new phase for Montreal’s coffee scene)
http://enkerli.wordpress.com/2008/11/21/cafe-a-la-montrealaise/ (Long,
in French)
http://enkerli.wordpress.com/2008/06/18/eastern-canadian-espresso/
(about the Eastern Regional Canadian Barista Championships, last year)
http://enkerli.wordpress.com/2008/10/27/first-myriade-session/ (when
Myriade opened)
http://enkerli.wordpress.com/2008/10/27/more-notes-on-myriade/
http://enkerli.wordpress.com/2008/11/18/cafe-myriade-linkfest/
http://enkerli.wordpress.com/2006/02/16/glocal-craftiness-coffee-beer-music/
(musings on global/local issues about coffee, beer, music)
http://enkerli.wordpress.com/2006/03/04/caffe-artjava-real-espresso-in-montreal/
(when the Third Wave first came to Mtl)
http://enkerli.wordpress.com/2009/08/25/beer-eye-for-the-coffee-guy-or-gal/
(musings on coffee-focused communities)

Also, my “mega-thread” on CoffeeGeek about Brikka and other stovetop moka pots (in my mind, ideal for homemade coffee):

http://www.coffeegeek.com/forums/coffee/machines/220503

Feel free to contact me if you want to talk coffee, espresso, cafés, geekness…

Happiness Anniversary

HappyTweet

A year ago today, I found out that I was, in fact, happy.

Continue reading Happiness Anniversary

Beer Eye for the Coffee Guy (or Gal)

Judged twelve (12) espresso drinks as part of the Eastern Regional Canadian Barista Championship (UStream).

[Never watched Queer Eye. Thought the title would make sense, given both the “taste” and even gender dimensions.]

Had quite a bit of fun.

The experience was quite similar to the one I had last year. There were fewer competitors, this year. But I also think that there were more people in the audience, at least in the morning. One possible reason is that ads about the competition were much more visible this year than last (based on my own experience and on several comments made during the day). Also, I noticed a stronger sense of collegiality among competitors, as several of them have been different things together in the past year.

More specifically, people from Ottawa’s Bridgehead and people from Montreal’s Café Myriade have developed something which, at least from the outside, look like comradery. At the Canadian National Barista Championship, last year, Myriade’s Anthony Benda won the “congeniality” prize. This year, Benda got first place in the ERCBC. Second place went to Bridgehead’s Cliff Hansen, and third place went to Myriade’s Alex Scott.

Bill Herne served as head judge for most of the event. He made it a very pleasant experience for me personally and, I hope, for other judges. His insight on the championship is especially valuable given the fact that he can maintain a certain distance from the specifics.

The event was organized in part by Vida Radovanovic, founder of the Canadian Coffee & Tea Show. Though she’s quick to point to differences between Toronto and Montreal, in terms of these regional competitions, she also seemed pleased with several aspects of this year’s ERCBC.

To me, the championship was mostly an opportunity for thinking and talking about the coffee world.

Met and interacted with diverse people during the day. Some of them were already part of my circle of coffee-loving friends and acquaintances. Some who came to me to talk about coffee after noticing some sign of my connection to the championship. The fact that I was introduced to the audience as a blogger and homeroaster seems to have been relatively significant. And there were several people who were second-degree contacts in my coffee-related social network, making for easy introductions.

A tiny part of the day’s interactions was captured in interviews for CBC Montreal’s Daybreak (unfortunately, the recording is in RealAudio format).

“Coffee as a social phenomenon” was at the centre of several of my own interactions with diverse people. Clearly, some of it has to do with my own interests, especially with “Montreal’s coffee renaissance.” But there were also a clear interest in such things as the marketshare of quality coffee, the expansion of some coffee scenes, and the notion of building a sense of community through coffee. That last part is what motivated me to write this post.

After the event, a member of my coffee-centric social network has started a discussion about community-building in the coffee world and I found myself dumping diverse ideas on him. Several of my ideas have to do with my experience with craft beer in North America. In a way, I’ve been doing informal ethnography of craft beer. Beer has become an area of expertise, for me, and I’d like to pursue more formal projects on it. So beer is on my mind when I think about coffee. And vice-versa. I was probably a coffee geek before I started homebrewing beer but I started brewing beer at home before I took my coffee-related activities to new levels.

So, in my reply on a coffee community, I was mostly thinking about beer-related communities.

Comparing coffee and beer is nothing new, for me. In fact, a colleague has blogged about some of my comments, both formal and informal, about some of those connections.

Differences between beer and coffee are significant. Some may appear trivial but they can all have some impact on the way we talk about cultural and social phenomena surrounding these beverages.

  • Coffee contains caffeine, beer contains alcohol. (Non-alcoholic beers, decaf coffee, and beer with coffee are interesting but they don’t dominate.) Yes: “duh.” But the difference is significant. Alcohol and caffeine not only have different effects but they fit in different parts of our lives.
  • Coffee is often part of a morning ritual,  frequently perceived as part of preparation for work. Beer is often perceived as a signal for leisure time, once you can “wind down.” Of course, there are people (including yours truly) who drink coffee at night and people (especially in Europe) who drink alcohol during a workday. But the differences in the “schedules” for beer and coffee have important consequences on the ways these drinks are integrated in social life.
  • Coffee tends to be much less expensive than beer. Someone’s coffee expenses may easily be much higher than her or his “beer budget,” but the cost of a single serving of coffee is usually significantly lower than a single serving of beer.
  • While it’s possible to drink a few coffees in a row, people usually don’t drink more than two coffees in a single sitting. With beer, it’s not rare that people would drink quite a few pints in the same night. The UK concept of a “session beer” goes well with this fact.
  • Brewing coffee takes a few minutes, brewing beer takes a while (hours for the brewing process, days or even weeks for fermentation).
  • At a “bar,” coffee is usually brewed in front of those who will drink it while beer has been prepared in advance.
  • Brewing coffee at home has been mainstream for quite a while. Beer homebrewing is considered a hobby.
  • Historically, coffee is a recent phenomenon. Beer is among the most ancient human-made beverages in the world.

Despite these significant differences, coffee and beer also have a lot in common. The fact that the term “brew” is used for beer and coffee (along with tea) may be a coincidence, but there are remarkable similarities between the extraction of diverse compounds from grain and from coffee beans. In terms of process, I would argue that beer and coffee are more similar than are, say, coffee and tea or beer and wine.

But the most important similarity, in my mind, is social: beer and coffee are, indeed, central to some communities. So are other drinks, but I’m more involved in groups having to do with coffee or beer than in those having to do with other beverages.

One way to put it, at least in my mind, is that coffee and beer are both connected to revolutions.

Coffee is community-oriented from the very start as coffee beans often come from farming communities and cooperatives. The notion, then, is that there are local communities which derive a significant portion of their income from the global and very unequal coffee trade. Community-oriented people often find coffee-growing to be a useful focus of attention and given the place of coffee in the global economy, it’s unsurprising to see a lot of interest in the concept (if not the detailed principles) of “fair trade” in relation to coffee. For several reasons (including the fact that they’re often produced in what Wallerstein would call “core” countries), the main ingredients in beer (malted barley and hops) don’t bring to mind the same conception of local communities. Still, coffee and beer are important to some local agricultural communities.

For several reasons, I’m much more directly involved with communities which have to do with the creation and consumption of beverages made with coffee beans or with grain.

In my private reply about building a community around coffee, I was mostly thinking about what can be done to bring attention to those who actually drink coffee. Thinking about the role of enthusiasts is an efficient way to think about the craft beer revolution and about geeks in general. After all, would the computer world be the same without the “homebrew computer club?”

My impression is that when coffee professionals think about community, they mostly think about creating better relationships within the coffee business. It may sound like a criticism, but it has more to do with the notion that the trade of coffee has been quite competitive. Building a community could be a very significant change. In a way, that might be a basis for the notion of a “Third Wave” in coffee.

So, using my beer homebrewer’s perspective: what about a community of coffee enthusiasts? Wouldn’t that help?

And I don’t mean “a website devoted to coffee enthusiasts.” There’s a lot of that, already. A lot of people on the Coffee Geek Forums are outsiders to the coffee industry and Home Barista is specifically geared toward the home enthusiasts’ market.

I’m really thinking about fostering a sense of community. In the beer world, this frequently happens in brewclubs or through the Beer Judge Certification Program, which is much stricter than barista championships. Could the same concepts apply to the coffee world? Probably not. But there may still be “lessons to be learnt” from the beer world.

In terms of craft beer in North America, there’s a consensus around the role of beer enthusiasts. A very significant number of craft brewers were homebrewers before “going pro.” One of the main reasons craft beer has become so important is because people wanted to drink it. Craft breweries often do rather well with very small advertising budgets because they attract something akin to cult followings. The practise of writing elaborate comments and reviews has had a significant impact on a good number of craft breweries. And some of the most creative things which happen in beer these days come from informal experiments carried out by homebrewers.

As funny as it may sound (or look), people get beer-related jobs because they really like beer.

The same happens with coffee. On occasion. An enthusiastic coffee lover will either start working at a café or, somewhat more likely, will “drop everything” and open her/his own café out of a passion for coffee. I know several people like this and I know the story is quite telling for many people. But it’s not the dominant narrative in the coffee world where “rags to riches” stories have less to do with a passion for coffee than with business acumen. Things may be changing, though, as coffee becomes more… passion-driven.

To be clear: I’m not saying that serious beer enthusiasts make the bulk of the market for craft beer or that coffee shop owners should cater to the most sophisticated coffee geeks out there. Beer and coffee are both too cheap to warrant this kind of a business strategy. But there’s a lot to be said about involving enthusiasts in the community.

For one thing, coffee and beer can both get viral rather quickly. Because most people in North America can afford beer or coffee, it’s often easy to convince a friend to grab a cup or pint. Coffee enthusiasts who bring friends to a café do more than sell a cup. They help build up a place. And because some people are into the habit of regularly going to the same bar or coffee shop, the effects can be lasting.

Beer enthusiasts often complain about the inadequate beer selection at bars and restaurants. To this day, there are places where I end up not drinking anything besides water after hearing what the beerlist contains. In the coffee world, it seems that the main target these days is the restaurant business. The current state of affairs with coffee at restaurants is often discussed with heavy sighs of disappointment. What I”ve heard from several people in the coffee business is that, too frequently,  restaurant owners give so little attention to coffee that they end up destroying the dining experience of anyone who orders coffee after a meal. Even in my own case, I’ve had enough bad experiences with restaurant coffee (including, or even especially, at higher-end places) that I’m usually reluctant to have coffee at a restaurant. It seems quite absurd, as a quality experience with coffee at the end of a meal can do a lot to a restaurant’s bottom line. But I can’t say that it’s my main concern because I end up having coffee elsewhere, anyway. While restaurants can be the object of a community’s attention and there’s a lot to be said about what restaurants do to a region or neighbourhood, the community dimensions of coffee have less to do with what is sold where than with what people do around coffee.

Which brings me to the issue of education. It’s clearly a focus in the coffee world. In fact, most coffee-related events have some “training” dimension. But this type of education isn’t community-oriented. It’s a service-based approach, such as the one which is increasingly common in academic institutions. While I dislike customer-based learning in universities, I do understand the need for training services in the coffee world. What I perceive insight from the beer world can do is complement these training services instead of replacing them.

An impressive set of learning experiences can be seen among homebrewers. From the most practical of “hands-on training” to some very conceptual/theoretical knowledge exchanges. And much of the learning which occurs is informal, seamless, “organic.” It’s possible to get very solid courses in beer and brewing, but the way most people learn is casual and free. Because homebrewers are organized in relatively tight groups and because the sense of community among homebrewers is also a matter of solidarity.  Or, more simply, because “it’s just a hobby anyway.”

The “education” theme also has to do with “educating the public” into getting more sophisticated about what to order. This does happen in the beer world, but can only be pulled off when people are already interested in knowing more about beer. In relation with the coffee industry, it sometimes seems that “coffee education” is imposed on people from the top-down. And it’s sometimes quite arbitrary. Again, room for the coffee business to read the Cluetrain Manifesto and to learn from communities.

And speaking of Starbucks… One draft blogpost which has been nagging me is about the perception that, somehow, Starbucks has had a positive impact in terms of coffee quality. One important point is that Starbucks took the place of an actual coffee community. Even if it can be proven that coffee quality wouldn’t have been improved in North America if it hadn’t been for Starbucks (a tall order, if you ask me), the issue remains that Starbucks has only paid attention to the real estate dimension of the concept of community. The mermaid corporation has also not doing so well, recently, so we may finally get beyond the financial success story and get into the nitty-gritty of what makes people connect through coffee. The world needs more from coffee than chains selling coffee-flavoured milk.

One notion I wanted to write about is the importance of “national” traditions in both coffee and beer in relation to what is happening in North America, these days. Part of the situation is enough to make me very enthusiastic to be in North America, since it’s increasingly possible to not only get quality beer and coffee but there are many opportunities for brewing coffee and beer in new ways. But that’ll have to wait for another post.

In Western Europe at least, coffee is often associated with the home. The smell of coffee has often been described in novels and it can run deep in social life. There’s no reason homemade coffee can’t be the basis for a sense of community in North America.

Now, if people in the coffee industry would wake up and… think about actual human beings, for a change…

La Renaissance du café à Montréal

J’ai récemment publié un très long billet sur la scène du café à Montréal. Sans doûte à cause de sa longueur, ce billet ne semble pas avoir les effets escomptés. J’ai donc décidé de republier ce billet, section par section. Ce billet est la dernière section de ce long billet. Il consiste en une espèce de résumé de la situation actuelle de la scène montréalaise du café, avec un regard porté vers son avenir. Vous pouvez consulter l’introduction qui contient des liens aux autres sections et ainsi avoir un contexte plus large.

À mon humble avis, l’arrivée de la Troisième vague à Montréal nous permet maintenant d’explorer le café dans toute sa splendeur. En quelque sorte, c’était la pièce qui manquait au casse-tête.

Dans mon précédent billet, j’ai omis de comparer le café à l’italienne au café à la québécoise (outre l’importance de l’allongé). C’est en partie parce que les différences sont un peu difficile à expliquer. Mais disons qu’il y a une certaine diversité de saveurs, à travers la dimension «à la québécoise» de la scène montréalaise du café. Malgré certains points communs, les divers cafés de Montréalais n’ont jamais été d’une très grande homogénéité, au niveau du goût. Les ressemblances venaient surtout de l’utilisation des quelques maisons de torréfaction locales plutôt que d’une unité conceptuelle sur la façon de faire le café. D’ailleurs, j’ai souvent perçu qu’il y avait eu une baisse de diversité dans les goûts proposés par différents cafés montréalais au cours des quinze dernières années, et je considère ce processus de quasi-standardisation (qui n’a jamais été menée à terme) comme un aspect néfaste de cette période dans l’histoire du café à Montréal. Les nouveaux développements de la scène montréalaise du café me donne espoir que la diversité de cette scène grandit de nouveau après cette période de «consolidation».

D’ailleurs, c’est non sans fierté que je pense au fait que les grandes chaînes «étrangères» de cafés ont eu de la difficulté à s’implanter à Montréal. Si Montréal n’a eu sa première succursale Starbucks qu’après plusieurs autres villes nord-américaines et si Second Cup a rapidement dû fermer une de ses succursales montréalaises, c’est entre autres parce que la scène montréalaise du café était très vivante, bien avant l’arrivée des chaînes. D’ailleurs, plusieurs chaînes se sont développé localement avant de se disperser à l’extérieur de Montréal. Le résultat est qu’il y a probablement, à l’heure actuelle, autant sinon plus de succursales de chaînes de cafés à Montréal que dans n’importe autre grande ville, mais qu’une proportion significative de ces cafés est originaire de Montréal. Si l’existence de chaînes locales de cafés n’a aucune corrélation avec la qualité moyenne du café qu’on dans une région donnée (j’ai même tendance à croire qu’il y a une corrélation inverse entre le nombre de chaînes et la qualité moyenne du café), la «conception montréalaise» du café me semble révêlée par les difficultés rencontrées par les chaînes extrogènes.

En fait, une caractéristique de la scène du café à Montréal est que la diversité est liée à la diversité de la population. Non seulement la diversité linguistique, culturelle, ethnique et sociale. Mais la diversité en terme de goûts et de perspectives. La diversité humaine à Montréal évoque l’image de la «salade mixte»: un mélange harmonieux mais avec des éléments qui demeurent distincts. D’aucuns diront que c’est le propre de toute grande ville, d’être intégrée de la sorte. D’autres diront que Montréal est moins bien intégrée que telle ou telle autre grande ville. Mais le portrait que j’essaie de brosser n’est ni plus beau, ni plus original que celui d’une autre ville. Il est simplement typique.

Outre les cafés «à la québécoise», «à l’italienne» et «troisième vague» que j’ai décrits, Montréal dispose de plusieurs cafés qui sont liés à diverses communautés. Oui, je pense à des cafés liés à des communautés culturelles, comme un café guatémaltèque ou un café libanais. Mais aussi à des cafés liés à des groupes sociaux particuliers ou à des communautés religieuses. Au point de vue du goût, le café servi à ces divers endroits n’est peut-être pas si distinctif. Mais l’expérience du café prend un sens spécifique à chacun de ces endroits.

Et si j’ai parlé presqu’exclusivement de commerces liés au café, je pense beaucoup à la dimension disons «domestique» du café.

Selon moi, la population de la région montréalaise a le potentiel d’un réel engouement pour le café de qualité. Même s’ils n’ont pas toujours une connaissance très approfondie du café et même s’il consomme du café de moins bonne qualité, plusieurs Montréalais semblent très intéressés par le café. Certains d’entre eux croient connaître le café au point de ne pas vouloir en découvrir d’autres aspects. Mais les discussions sur le goût du café sont monnaie courante parmi des gens de divers milieux, ne serait-ce que dans le choix de certains cafés.

Évidemment, ces discussions ont lieu ailleurs et le café m’a souvent aidé à m’intégrer à des réseaux sociaux de villes où j’ai habité. Mais ce que je crois être assez particulier à Montréal, c’est qu’il ne semble pas y avoir une «idéologie dominante» du café. Certains amateurs de café (et certains professionnels du café) sont très dogmatiques, voire doctrinaires. Mais je ne perçois aucune  idée sur le café qui serait réellement acquise par tous. Il y a des Tim Hortons et des Starbucks à Montréal mais, contrairement à d’autres coins du continent, il ne semble pas y avoir un café qui fait consensus.

Par contre, il y a une sorte de petite oligarchie. Quelques maisons de torréfaction et de distribution du café semblent avoir une bonne part du marché. Je pense surtout à Union, Brossard et Van Houtte (qui a aussi une chaîne de café et qui était pris à une certaine époque comme exemple de succès financier). À ce que je sache, ces trois entreprises sont locales. À l’échelle globale, l’oligarchie du monde du café est constituée par Nestlé, Sara Lee, Kraft et Proctor & Gamble. J’imagine facilement que ces multinationales ont autant de succès à Montréal qu’ailleurs dans le monde mais je trouve intéressant de penser au poids relatif de quelques chaînes locales.

Parlant de chaînes locales, je crois que certaines entreprises locales peuvent avoir un rôle déterminant dans la «Renaissance du café à Montréal». Je pense surtout à Café Terra de Carlo Granito, à Café Mystique et Toi, Moi & Café de Sevan Istanboulian, à Café Rico de Sévanne Kordahi et à la coop La Maison verte à Notre-Dame-de-Grâce. Ces choix peuvent sembler par trop personnels, voire arbitraires. Mais chaque élément me semble représentatif de la scène montréalaise du café. Carlo Granito, par exemple, a participé récemment à l’émission Samedi et rien d’autre de Radio-Canada, en compagnie de Philippe Mollé (audio de 14:30 à 32:30). Sevan Istanboulian est juge certifié du World Barista Championship et distribue ses cafés à des endroits stratégiques. Sévanne Kordahi a su concentrer ses activités dans des domaines spécifiques et ses cafés sont fort appréciés par des groupes d’étudiants (entre autres grâce à un rabais étudiant). Puis j’ai appris dernièrement que La Maison verte servait du Café Femenino qui met de l’avant une des plus importantes dimensions éthiques du monde du café.

Pour revenir au «commun des mortels», l’amateur de café. Au-delà de la spécificité locale, je crois qu’une scène du café se bâtit par une dynamique entre individus, une série de «petites choses qui finissent par faire une différence». Et c’est cette dynamique qui me rend confiant.

La communauté des enthousiastes du café à Montréal est somme toute assez petite mais bien vivante. Et je me place dans les rangs de cette communauté.

Certains d’entre nous avons participé à divers événements ensemble, comme des dégustations et des séances de préparation de café. Les discussions à propos du café se multiplient, entre nous. D’ailleurs, nous nous croisons assez régulièrement, dans l’un ou l’autre des hauts lieux du café à Montréal. D’ailleurs, d’autres dimensions du monde culinaire sont représentés parmi nous, depuis la bière artisanale au végétalianisme en passant par le chocolat et le thé. Ces liens peuvent sembler évident mais c’est surtout parce que chacun d’entre nous fait partie de différents réseaux que la communauté me semble riche. En discutant ensemble, nous en venons à parler de plusieurs autres arts culinaires au-delà du café, ce qui renforce les liens entre le café et le reste du monde culinaire. En parlant de café avec nos autres amis, nous créons un effet de vague, puisque nous participons à des milieux distincts. C’est d’ailleurs une représentation assez efficace de ce que je continue d’appeler «l’effet du papillon social»: le battement de ses ailes se répercute dans divers environnements. Si la friction n’est pas trop grande, l’onde de choc provenant de notre communauté risque de se faire sentir dans l’ensemble de la scène du café à Montréal.

Pour boucler la boucle (avant d’aller me coucher), je dois souligner le fait que, depuis peu, le lieu de rencontre privilégié de notre petit groupe d’enthousiastes est le Café Myriade.

Café «troisième vague» et café «à l'italienne»

J’ai récemment publié un très long billet sur la scène du café à Montréal. Sans doûte à cause de sa longueur, ce billet ne semble pas avoir les effets escomptés. J’ai donc décidé de republier ce billet, section par section. Ce billet est la quatrième section après l’introduction et des sections sur divers types de cafés à Montréal: «à l’talienne», «à la québécoise» et «troisième vague».) Cette section est une tentative d’explication de la «Troisième vague» par contraste avec le «café à l’italienne», sans référence particulière à Montréal.

En tant que phase dans l’histoire du café, la «Troisième vague» (“Third Wave”) est basée sur une philosophie du respect, une forme d’humanisme. Sans être nécessairement alter-mondialistes, les partisans du Third Wave ont à cœur le sort de tous ceux qui œuvrent dans le domaine du café, quel que soit leur statut. Étant données les grandes inégalités entre producteurs et consommateurs de café, le sens de justice des “third wavers” est surtout tourné vers l’amélioration des conditions de travail liées à la production du café dans des régions défavorisées du Globe (la «Périphérie» de Wallerstein). C’est un peu les mêmes «bonnes intentions» qui ont permis aux «cafés équitables» de capturer l’imagination de plusieurs Européens et Nord-Américains. Mais la Troisième vague va beaucoup plus loin dans la direction du respect humain. Il ne s’agit désormais plus de fixer un prix plancher et quelques normes de travail, au sein de comités formés pour la plus grande part d’étrangers à la production du café. Il s’agit, en fait, de transformer le café en un produit culinaire sophistiqué «au même titre que le vin».

L’imaginaire du vin revient souvent dans ce contexte. On parle par exemple de «domaine» (“estate”) au même sens que pour le vin. La notion d’«origine» (par exemple dans “single origin”) correspond plus ou moins à celle de «terroir» (mais avec certaines résonances au niveau du «cépage»). Les mélanges de café, généralement conçus par les torréfacteurs, ressemblent un peu aux «assemblages» en contexte œnologique. La dégustation du café s’inspire parfois de celle du vin et le rôle du barista ressemble parfois à celui du sommelier.

Comme pour le vin, l’idée de base est de mettre en valeur les qualités intrinsèques du produit de base (le raisin ou le grain de café). Dans plusieurs cas, le café provenant d’un lot spécifique d’un domaine particulier est utilisé seul, même en espresso.

De prestigieuses ventes aux enchères (Cup of Excellence) sont organisées à chaque année pour des lots de café sélectionnés lors de compétitions nationales et certains de ces cafés obtiennent des montants extraordinaires. Ces montants étant directement versés aux propriétaires du domaine ayant cultivé ces cafés, certaines plantations de café dont certains produits ont su répondre aux exigences d’acheteurs de café obtiennent des montants élevés pour une part de leur production et leurs statuts ressemblent de plus en plus à celui de grands vignobles.

Au-delà de ces enchères annuelles, les partisans de la troisième vague tiennent à raccourcir la chaîne qui va de la production des grains de café à la dégustation du café. Ainsi, plusieurs torréfacteurs (y compris certains dont le café n’est pas distribué à large échelle) entretiennent des rapports directs avec les producteurs de café. Le voyage vers une région où le café est cultivé (“trip to origin”) est presque considéré comme un rite de passage, par les Third Wavers. Un peu comme dans les produits maraîchers et de boucherie, la ferme à l’origine de chaque produit d’alimentation peut être retracée avec précision. L’idée du rapport humain est donc mise de l’avant.

Chaque café de la troisième vague est donc tourné vers la compréhension du café. Même dans des chaînes de cafés assez étendues, cette notion de comprendre le café dans son moindre détail est transmis à chaque employé. Puisque plusieurs employés de cafés sont de jeunes étudiants et qu’il y a beaucoup de roulement dans ce milieu, le «message» est transmis à de nombreuses personnes et la troisième vague déferle dans diverses villes.

Dans une certaine mesure, il y a une «façon troisième vague» de faire le café. Pas qu’il s’agisse d’une méthode vraiment standardisée, mais il y a divers facteurs dans l’art du café qui sont influencés par la Troisième vague, surtout dans le cas de l’espresso.

Le facteur le plus évident: la fraîcheur. Si la fraîcheur a une grande valeur pour presque tout style de café, elle est devenue une véritable obsession au sein de la Troisième vague. Et ce, à presque toutes les étapes. Une fois séchés et triés, les grains de café vert se conservent assez longtemps. Après avoir été torréfiés, par contre, les grains de café ne conservent leurs arômes que s’ils ne sont pas attaqués par l’oxygène. Au cours des sept à dix premiers jours après la torréfaction, du gaz carbonique s’échappe des grains de café, empêchant l’oxygène de pénétrer dans les grains. Après quelques jours, les grains de café cessent d’expulser du gaz carbonique et deviennent extrêmement sensibles à l’oxydation. Les opinions divergent et les estimés varient mais, selon certains partisans de la troisième vague, la majorité des arômes de certains cafés semble disparaître en dix jours après la torréfaction (malheureusement, je n’arrive pas à trouver de référence à ce sujet mais cette notion est souvent discutée). Selon certains, aucune méthode de stockage ne réussit réellement à conserver la fraîcheur du café au-delà de quelques jours. Les torréfacteurs de la troisième vague indiquent donc la date de torréfaction sur leurs paquets de café et s’assurent que leurs cafés sont distribués très rapidement. Les torréfacteurs italiens, eux, peuvent entreposer leurs grains torréfiés pendant des semaines voire des mois avant qu’ils soient utilisés pour préparer du café.

Une fois moulu, le café se dégrade beaucoup plus rapidement que sous forme de grains. Une notion assez commune dans le milieu Third Wave est qu’il ne suffit que de quelques minutes pour que certains cafés perdent leurs arômes les plus fins. La méthode de préparation du café est donc basé sur la «mouture à la minute». Pour l’espresso, la quantité de café nécessaire à préparer deux cafés (en une seule fois, avec un bec double) est la quantité maximum de café qui peut être moulue à la fois. Le contraste avec les baristas italiens est frappant puisque ceux-ci préfèrent moudre une grande quantité de café, les doseurs de leurs moulins étant conçus pour distribuer environ 7 g de café moulu par compartiment lorsque tous les compartiments sont pleins. (J’ignore combien de compartiments ces doseurs comportent mais le simple fait que le café soit moulu à l’avance semble une hérésie pour les partisans de la troisième vague.)

L’arôme du café comporte de nombreux composés volatils et, surtout dans le cas de l’espresso, ces composés se dissipent très rapidement à l’air libre. Après avoir été «tiré», un espresso troisième vague doit donc être servi très rapidement. Aussi extrême que cela puisse paraître, un délai d’une minute peut faire une différence significative dans le cas de certains cafés. Les arômes les plus éphémères du café sont souvent ceux qui procurent une expérience plus intense et c’est parfois la sensation procurée par ces arômes qui fait du café troisième vague un objet d’admiration. Les autres méthodes de préparation du café sont généralement moins sensibles à l’effet du temps. Un «café piston» (fait avec une cafetière piston), par exemple, évolue pendant qu’il se refroidit et certains arômes ne se dégagent qu’après quelques minutes. Mais si toute méthode de préparation du café peut être utilisée par des partisans de la troisième vague, c’est l’espresso qui constitue, selon les third wavers, l’apogée du café.

L’espresso à l’italienne est servi et consommé assez rapidement. Mais les arômes qui s’en dégagent sont généralement plus durables que pour l’«ultime espresso troisième vague». En fait, l’espresso à l’italienne tire plusieurs de ses arômes de la torréfaction: rôti, chocolat, noix, grillé, fruits secs… Le café de la troisième vague possède souvent des arômes qui proviennent plus directement de la variété de grains de café: épices, bleuet, agrume, tomate, fraise, cerise, abricot…

Tous ces points de comparaison entre la troisième vague et le café à l’italienne sont liés au passage du temps. Il y a d’autres distinctions. Par exemple, l’espresso à l’italienne comporte souvent une certaine proportions de grains venant de l’espèce Coffea canephora de caféier: le «café robusta». Les cafés de cet arbuste sont très généralement considérés comme de bien moindre qualité que ceux du Coffea arabica (le «café arabica»). Le robusta, peu coûteux, est le café de la consommation de base, à l’échelle globale, et non celui de la dégustation respectueuse. Les torréfacteurs italiens utilisent un peu de robusta dans leurs mélanges, à la fois pour le maintien de la crema (l’émulsion au-dessus de l’espresso) que par goût pour une certaine amertume durable. Au cours de la Troisième vague, le statut du robusta a changé quelque peu mais la plupart des torréfacteurs se réclamant de ce mouvement parlent du robusta d’une façon assez négative. Outre les caractéristiques gustatives du café produit avec une proportion de grains robusta, la méthode habituelle de culture du Coffea canephora (procédés industriels, mauvaises conditions de travail, manque de contrôles de qualité…) va à l’encontre de l’esprit Third Wave. S’il existe des «bons robustas», cultivés avec autant de soin que pour l’arabica, les torréfacteurs de la Troisième vague ne tiennent pas à les connaître.

À cause des caractéristiques propres au café utilisé, l’espresso de troisième vague nécessite généralement un contrôle très précis de la température. Alors que les mélanges à espresso italien tolèrent des larges écarts de température sans changer trop de goût, certains cafés d’origine unique utilisé pour l’espresso troisième vague a un goût très différent s’il est réalisé à moins d’un demi-degré Celsius de sa température optimale. D’ailleurs, la Troisième vague est aussi une tendance à l’utilisation d’outils très précis et à une passion pour l’exactitude. En ce sens, la Troisième vague fait beaucoup penser à la culture geek qui, elle aussi, prend sa source dans une certaine portion de la Côte Ouest.

Autre aspect important de la préparation du café troisième vague, c’est un jeu très particulier sur la mouture et le dosage du café. En fait, beaucoup de baristas de la Troisième vague ont tendance à «surdoser» (“updose”) leurs portafiltres d’une proportion bien plus grande de café que ce que voudrait une norme italienne. La technique de dispersion du café moulu dans le portafiltre et l’«écrasement» (“tamping”) de ce café moulu à l’aide d’un instrument dédié (le “tamper”) font l’objet de multiples discussions et d’un apprentissage approfondi. A contrario, certains baristas italiens n’«écrasent» pas le café moulu dans le portafiltre.

Comme l’espresso italien est généralement doté d’une certaine amertume, l’ajout d’un peu de sucre à un espresso italien est relativement commun. Il existe des Italiens (et d’autres amateurs de café) qui voient d’un assez mauvais œil l’ajout de sucre dans l’espresso, mais le goût de l’espresso à l’italienne est souvent réhaussé par quelques grains de sucre. Sans être anti-sucre, la troisième vague est orientée tout entière vers «le café en soi». Un café doit, selon eux, pouvoir «parler de lui-même». Comme avec de nombreux thés de qualité, l’ajout de sucre à un café Third Wave (peu importe la méthode de préparation!) diminue certaines saveurs plutôt que de rehausser le goût du breuvage.

Bien entendu, la Troisième vague permet la préparation de breuvages à base de lait (“milk-based”) comme le Latte macchiato, le cappuccino et le caffè latte. D’ailleurs, l’ajout du lait à ces breuvages est souvent effectué sous forme de «dessins» basés sur le contraste entre la crema de l’espresso et le lait. Pour certains, ces dessins (le “latte art”) est même un facteur important permettant de reconnaître les baristas de la Troisième vague puisque, pour être réussis, ces dessins nécessitent un soin particulier, entre autre dans la créaction d’un lait «soyeux», plein de microbulles. Par contre, la tendance troisième vague est de diminuer le plus possible la proportion de lait dans ces breuvages. Dans ce contexte, la qualité d’un espresso est souvent perçue comme supérieure à celle d’un macchiato qui est perçue comme supérieure à celle du cappuccino. Le latte, bien que devenu très populaire, est parfois considéré comme un mal nécessaire et plusieurs baristas se gaussent des chaînes de cafés qui ont fait du latte un breuvage avec une très grande quantité de lait. En compétition de barista, un critère déterminant pour l’évaluation d’un cappuccino est que la saveur de l’espresso ne soit pas masquée, renforçant encore l’idée troisième vague de mettre le café à l’honneur. Il est commun, dans la Troisième vague, de parler de grains de café (mélange ou «origine unique») qui ne conviennent pas dans les breuvages avec lait. En général, le café à l’italienne s’agrémente très facilement de lait et, dans certains cas, ne prend son sens que dans un breuvage à base de lait.

J’ai mentionné plus haut une distinction entre arômes de torréfaction et arômes de variété. En général, plus plus le degré de torréfaction est élevé (plus les grains sont foncés), plus les arômes «variétaux» disparaissent, surtout en fonction de la pyrolise. Les cafés italiens sont en général d’une torréfaction très foncée et, dans certains cas, les arômes provenant de la variété de café disparaissent complètement. En général, le café troisième vague est donc plus complexe que le café à l’italienne du point de vue olfactif à cause de la torréfaction elle-même. Certains torréfacteurs de la Troisième vague sont même tellement obsédés par les torréfactions «légères» (plus pâles) que certains de leurs cafés ont des saveurs que plusieurs trouvent déplaisantes. Mais, en général, le café troisième vague est conçu pour être balancé, complexe et «propre».

C’est d’ailleurs une caractéristique fondamentale de l’esthétique Third Wave qui est présente dans les règles des championnats de baristas. Le goût de l’espresso doit être «balancé» en ce sens qu’aucun des trois goûts fondamentaux du café (sucré, amertume, acidité/”brightness”) ne peut être dominant mais qu’il doit y avoir une dynamique entre au moins deux de ces trois goûts. C’est un peu difficile à expliquer mais très facile à percevoir. Et un espresso extraordinairement bien balancé est une véritable œuvre d’art.

Café «troisième vague» à Montréal

J’ai récemment publié un très long billet sur la scène du café à Montréal. Sans doûte à cause de sa longueur, ce billet ne semble pas avoir les effets escomptés. J’ai donc décidé de republier ce billet, section par section. Ce billet est la quatrième section après l’introduction, une section sur les cafés italiens de Montréal et une section sur le «café à la québécoise». Cette section se concentre sur l’arrivée du café de «troisième vague» à Montréal.

J’essaie de décrire un changement assez radical dans la scène montréalaise du café: la présence de cafés produisant du café «troisième vague» (“Third Wave”).

Depuis près de trois ans, Montréal dispose de cafés qui font un café d’un type très différent de l’espresso à l’italienne ou de l’allongé à la québécoise. Ce style de café, originaire de la Côte Ouest, est lié à ce qui a été désigné comme une «troisième vague» dans l’histoire du café en Amérique du Nord. Un peu comme la notion de «Tiers-Monde», le terme “Third Wave” est utilisé sans référence très directe aux deux autres termes qu’il sous-entend. Et, comme dans tout mouvement contemporain, il y a une certaine fluidité sémantique, un certain «flou artistique» face au sens et à la référence de ce terme.

Dans les milieux liés au café, le terme me semble surtout être utilisé pour désigner un établissement dont les membres suivent la «philosophie de la troisième vague» ou pour qualifier a posteriori un espresso qui correspond à une certaine norme de qualité. Cette norme n’est pas absolue. Elle correspond en fait à une «esthétique» particulière du café. Mais elle est fort intéressante.

Petite explication (ou «avertissement»)… Mon entraînement gustatif au café précède la troisième vague. Et si j’apprécie le café de type “Third Wave”, je crois avoir établi que j’aime aussi d’autres styles de café. Amateur de diversité, je me réjouis du fait qu’il m’est maintenant possible de boire du «café à l’italienne», du «café à la québécoise» et du «café troisième vague».

Avant d’entrer le détail de ce qui distingue le café «troisième vague» d’un point de vue sensoriel et technique, une petite historique de l’arrivée de ce type de café à Montréal.

À l’automne 2005 est ouvert sur le Plateau le premier Caffè ArtJava, œuvre de Spiro Karagianopoulos et de Mauro Maltoni. Ayant vécu à Vancouver, Spiro avait décidé d’«importer» le style de café West Coast assez représentatif de la troisième vague. ArtJava a par la suite ouvert une deuxième succursale, au centre-ville (Président-Kennedy et Université). Anthony Benda, originaire de Vancouver et formé au Caffè Artigiano, était chez ArtJava pendant quelques temps, tout d’abord travaillé sur le Plateau puis au centre-ville. Il y a environ un an et demi, Anthony a participé à l’ouverture du Café Santé Veritas, étendant ainsi la dimension «troisième vague» de la scène montréalaise du café à une seconde institution. Il y a quelques semaines, Anthony a ouvert le Café Myriade avec Scott Rao et c’est selon moins un événement déclencheur dans ce que je pressens être la Renaissance du café à Montréal (si si! j’insiste).

Une grande particularité de Myriade est d’offrir une variété de cafés (mélanges ou d’«origine unique») qui sont préparés selon diverses méthodes: espresso, siphon, cafetière à piston (à la Bodum), filtre conique individuel et Café Solo.

J’ai déjà blogué, en anglais, au sujet de Myriade, lors de son ouverture le 27 octobre. Mes premières et secondes impressions étaient très positives. J’avais de grandes attentes face à un café ouvert par Anthony Benda. Myriade répond à ces attentes. Outre la qualité du café servi par Anthony et ses associés, je perçois chez Myriade une sorte d’effervescence dans la communauté montréalaise d’amateurs de café.

Anthony Benda a donc travaillé aux trois principaux cafés que j’appellerais “Third Wave” à Montréal. Il est donc une figure marquante et je suis fier de le compter parmi mes amis. Mais il ne faut pas oublier Spiro Karagianopoulos, qui semble rester dans l’ombre, mais qui fait un travail acharné pour donner à Montréal cette impulsion qui, selon moi, peut permettre à Montréal de redevenir une destination pour le café.

Spiro est aujourd’hui lié à la maison de torréfaction 49th Parallel de Vince Piccolo, à Vancouver. Vince Piccolo a ouvert le Caffè Artigiano avec ses frères Mike et Sammy. Ce dernier est un champion canadien de concours de baristas, ayant remporté à plusieurs reprises le Canadian National Barista Championship.

(Pour la petite histoire… En tant que juge lors de la première journée de cette compétition, le mois dernier, j’ai eu l’occasion de déguster et d’évaluer l’espresso de Sammy Piccolo. À l’occasion, j’aime bien parler de mon statut de «juge de baristas» parce que ça m’amuse. Ce qui n’implique pas grand-chose.)

Puisque plusieurs cafés montréalais à tendance «troisième vague» utilisent le café de Vince Piccolo, les liens entre Vancouver et la scène montréalaise du café sont assez particuliers. D’aucuns croient même que la scène du café à Montréal ne serait rien si ce n’était de ces liens avec la Côte Ouest. J’espère avoir donné un autre son de cloche.

Outre Anthony et Spiro, il y a plusieurs autres acteurs dans la scène montréalaise du café qui réponde favorable à la notion de troisième vague. Un d’entre eux, Jean-François Leduc, a ouvert le Caffè in Gamba à l’été 2007 (peu après l’ouverture de Veritas). Si je n’ai pas inclus Gamba dans mon petit historique de la troisième vague à Montréal, c’est que Jean-François est, selon moi, parmi les rares «agnostiques» par rapport à cette distinction entre la troisième vague et le reste du monde du café. D’ailleurs, Jean-François importe des mélanges à espresso directement d’Italie. Avocat de formation, il s’est lancé dans le milieu du café suite à un séjour prolongé à Rome. Il a d’ailleurs des liens familiaux avec des italiens et a bénéficié assez tôt de ce «sens italien de la communauté» que j’ai mentionné dans un autre billet.

Gamba est un endroit unique. Pas seulement pour Montréal. En grand passionné du café, Jean-François réussi à apporter à Montréal de nombreux mélanges à espresso qui n’étaient disponibles que par correspondance. Parmi ces mélanges, certains sont assez notoires, dans le milieu Third Wave: Intelligentsia (Chicago), Vivace (Seattle), PT’s (Topeka), de Zoka (Seattle). Jean-François réussit régulièrement à obtenir d’autres mélanges, faisant profiter la scène montréalaise du café dans son ensemble d’une grande diversité.

C’est à l’ouverture de Gamba que j’ai commencé à parlé de «Renaissance montréalaise du café». L’ouverture de Myriade est donc la «deuxième lance», comme diraient les Azandé selon Evans-Pritchard. La mise en scène est désormais complète pour la nouvelle phase dans l’histoire du café à Montréal.

Jean-François Leduc est donc à la jonction entre le café à l’italienne et le «café troisième vague». C’est d’ailleurs en discutant avec Jean-François que j’ai réussi à préciser, dans ma tête, certains détails me permettant de différencier le café Third Wave d’autres cafés.

Je différencierai donc le «café troisième vague» du «café à l’italienne» dans un autre billet.