Comportement dans le métro de Montréal

Quelques principes de base qui peuvent aider à diminuer le niveau de stress de tout le monde.Facebook | LES RÈGLES DU MÉTRO – “ÇA SE FAIT PAS, ÇA !”J’ai  partagé ce lien sur Facebook et un de mes amis m’a répond que cette liste de règles semblait assez agressive.Ma réponse à ce commentaire: 

Ça ressemble à de la frustration accumulée. Mon attitude est en général moins agressive mais je peux comprendre que quelqu’un soit réellement tanné.En fait, quand je voyais du monde adopter les comportements décriés dans cette liste, je souriais en me disant que le monde se donnait pas le tour pour être de bonne humeur.Par exemple, le coup du sac à dos. Ça m’est déjà arrivé d’être avec une personne que j’apprécie beaucoup et qui était enragée avec le monde du métro. Cette même personne portait un sac à dos et dérangeait le monde sans s’en rendre compte.Ou le truc de rentrer dans un wagon avec les autres soient sortis. Ceux qui le font ont souvent l’air tannés eux-mêmes. Mais s’ils attendaient trois secondes, ça prendrait moins de temps pour tout le monde.J’aurais des choses à ajouter à la liste mais comme je suis plus dans le réseau Montréal, je peux pas m’inscrire.Un de mes “pet peeves” c’est le fait qu’à Berri, dans l’escalier entre les directions Côte-Vertu et Angrignon (vers l’arrière de la trame), les gens prennent l’escalier à gauche comme à droite de la rampe, ce qui fait que ça prend beaucoup plus de temps pour tout le monde. Et c’est souvent du monde pressés, fatigués, tannés…Sinon, il y a ceux qui laissent leurs «poussettes de compétition» en plein milieu du wagon, en pleine heure de pointe. Ça m’a déjà fait écrire un “rant“.

Évidemment, ça me fait un peu drôle de penser à tout ça alors que je suis à 2000 miles de Montréal… 😉  

6 thoughts on “Comportement dans le métro de Montréal”

  1. Moi je me suis inscrite parce que je la trouvais bien drôle la liste et moi aussi, il y a bien des choses qui m’enrage dans le métro et l’autobus, le manque de civisme m’énerve. Les jeunes avec leur sac à dos, moi je me gène pas pour leur dire de l’enlever! En général, le monde s’accroche dedans et disent rien…moi je dis ce que je pense. Les jeunes dans l’autobus, c’est pareil…avec leur sac à dos, tu peux en général pas passer. Je me gêne pas pour leur dire.

    Pis le monde qui pousse pour rentrer, ben je les pousse en sortant! 🙂 L’affaire c’est que dans le fond, tout le monde les connait les règles plus ou moins implicites, quand tu les suis pas, c’est que en quelque part, tu te fous pas mal du monde autour.

    Y a tu des métros à Austin ou juste des autobus ? 😉

  2. À Austin, juste des autobus, pour l’instant. Mais ils construisent un train de banlieue.

    Pour le civisme dans le métro à Montréal, on dirait vraiment que les gens se rendent pas compte et qu’ils pensent que c’est les autres…

  3. I try very hard to not do any of those things, and I castigate myself when I do do them. Which is rarely.

    My biggest pet peeve these days is people not getting out of other people’s way. And that’s not just limited to the metro.

  4. Actually, as long as people are conscious of what’s going on, I don’t think it’s an issue if they occasionally adopt one of those behaviours.
    As for people not getting out of the way, it seemed fairly common, in Montreal.
    One occasion I would not get out of the way is when a cyclist would ride a bike on the sidewalk of a bridge. But that’s another story.
    And, in here, it isn’t really an issue.

  5. Vraiment pour moi le pire c’est ces maudit journaux gratuit qui sont poussez dans les mains de tous et que la plupart conservent quoi… pas plus d’une période de 15 minutes?
    Sans compté la quantité de gens qui les laissent sur les banc ou pire, par terre dans le métro.

    1. J’te comprends. Et les bacs de recyclage arrangent pas vraiment les choses. Québécor et Transcon se sont battus pour avoir le droit de distribuer et la STM a certainement prévu ce que ça voulait dire pour le nettoyage. Mais je suis pas mal certain qu’ils avaient pas trop pensé au coût social.
      L’affaire, c’est que les autres villes ont la même chose. Je sais pas c’est quoi la solution.

Leave a Reply