Expérience du goût

Viens de finir une tasse d’un des cafés les plus complexes que j’aie bus jusqu’à maintenant. Pas parmi les meilleurs. Mais, vraiment, une expérience gustative particulière.

L’ai fait dans ma cafetière Brikka. Le mélange de café («Kamikaze») provenait de l’épicerie vrac du Marché Jean-Talon où ils vendent leurs cafés à 5$ la livre entre 9h et 10h. J’ai ajouté quelques grains qui me restaient d’un mélange italien que j’avais acheté au même endroit un peu plus tôt, histoire d’ajouter à la complexité. Ça semble avoir fonctionné.

La première gorgée de ce café était une explosion de saveurs. Pas toutes extrêmement agréables, mais assez impressionnantes dans le tableau d’ensemble. Diverses saveurs de caramel, depuis le dulce de leche jusqu’au sucre candi en passant par le “butterscotch” et le caramel mou. Un peu de saveur de brûlé. Une rondeur qu’on monterait aux nues dans un expresso mais qui est fréquente dans une cafetière moka. Du rôti, de l’amaretto, un arrière-goût de sécheresse. Une palette très foncée dans l’ensemble, mais une telle variété de saveurs que chaque gorgée se déroulait comme un histoire complète.

C’est ce genre d’expérience que je recherche. Pas «le meilleur café au monde». Mais le café qui vient me dire quelque-chose. C’est la même chose pour la musique ou pour les gens. Je ne cherche pas «le meilleur de chaque chose». J’aime la diversité, la variété, la complexité.

Amitié, fierté

Mes amis, je suis fier de vous! Vous êtes tous fascinants et vous provenez de milieux très différents. On ne peut demander mieux.

Samedi dernier, Catherine et moi avons fêté notre septième anniversaire de mariage. Oui, oui. C’était bien le 7 juillet 2007. Officiellement, nous nous sommes mariés le 4 juillet 2000 à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Nous avons célébré la fête de notre mariage à Laval, au Québec, le 8 juillet 2000. L’anniversaire de Catherine est le 2 juillet. Le mien le 10. Donc, ce samedi, 7 juillet 2007, était la journée idéale pour célébrer.

Et nous avons célébré. L’amitié, surtout.

Dans ma famille, nous nous amusons parfois à annoncer, d’un ton sentencieux que «dans la vie, virgule…». Eh bien: «dans la vie, virgule, il est important de bien s’entourer». Je ne saurais être plus fier de ceux qui m’entourent. Des gens de toutes sortes. D’âges divers. De milieux différents. D’intérêts variés. Tous plus intéressants les uns que les autres. «Du bon monde», comme on dit. «Dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui tu es». Si mes amis sont une indication de qui je suis, je suis fier comme Artaban.

J’ai abandonné l’humilité, il y a quelques temps. Pas que je me considère mieux que d’autres. Je suis simplement content de ce que je vis et même de ce que je suis. Dans ce cas-ci, je suis réellement fier de notre couple quand à notre capacité à réunir les gens. Nous n’avons eu que très peu de choses à faire pour que des gens puissent se rencontrer et, je crois, avoir du plaisir.

Que voulez-vous, je suis un papillon social. Et je crois sincèrement qu’un papillon social peut avoir un effet intéressant sur les groupes sociaux qui l’entourent.

Et c’est pour ça que j’aime Facebook. Pas nécessairement à cause du système lui-même. Mais parce que plusieurs de mes amis sont venus se lier à moi sur ce réseau, ce qui peut éventuellement permettre à certains d’entre eux de se rencontrer à travers ma présence sur le réseau social virtuel. C’est pas le nombre de connexions qui m’importe. C’est le fait que ces connexions soient si diverses.

Notre anniversaire de mariage était moins achalandé que notre fête de mariage. D’après moi, il y a eu une quarantaine de personnes au total, au lieu des quatre-vingt personnes qui sont venues à notre mariage. Mais ce qui était génial ce samedi, c’était la capacité de tout le monde à se mêler aux autres. Pas de petites cliques, pas d’exclusion. Des gens que je n’aurais jamais cru compatibles qui passent la soirée à discuter. Des tas de petites coïncidences qui lient des amis des Catherine aux miens. Des clins d’oeil et peut-être des amitiés durables.

Si vous me connaissez et que vous ne pouviez pas venir à notre anniversaire de mariage, n’hésitez pas à venir vous ajouter à mes amis sur Facebook. Ou LinkedIn. Ou MySpace. Ou MontrealLinkup, Geni, Classmates, Flickr, LiveJournal, Skype, Flixster, Ringo, WAYN, Del.icio.us, Twitter, Jaiku, Spurl, Plum. Ou tout autre réseau virtuel auquel il vous sied d’appartenir.

Dans tout ça, je dois remercier ma chère Catherine. Non seulement je rencontre des tas de gens grâce à elle, mais c’est avec elle que je peux être moi-même.

Merci!

iPhone Wishlist

Yeah, everybody’s been talking about the iPhone. It’s last week’s story but it can still generate a fair bit of coverage. People are already thinking about the next models.

Apple has most of the technology to build what would be my dream handheld device but the iPhone isn’t it. Yet.

My wishful thinking for what could in fact be the coolest handheld ever. Of course, the device should have the most often discussed features which the iPhone currently misses (Flash, MMS, chat…). But I’m going much further, here.

  • Good quality audio recording (as with the recording add-ons for the iPod 5G).
  • Disk space (say, 80GB).
  • VoIP support (Skype or other, but as compatible as possible).
  • Video camera which can face the user (for videoconference).
  • Full voice interface: speech recognition and text-to-speech for dialing, commands, and text.
  • Handwriting recognition.
  • Stylus support.
  • Data transfer over Bluetooth.
  • TextEdit.
  • Adaptive technology for word recognition.
  • Not tied to cellular provider contract.
  • UMA Cell-to-WiFi (unlicensed mobile access).
  • GPS.
  • iLife support.
  • Sync with Mac OS X and Windows.
  • Truly international cellular coverage.
  • Outliner.
  • iWork support.
  • Disk mode.
  • Multilingual support.
  • Use as home account on Mac OS X “host.”
  • FrontRow
  • USB and Bluetooth printing.
  • Battery packs with standard batteries.

The key point here isn’t that the iPhone should be a mix between an iPod and a MacBook. I’m mostly thinking about the fact that the “Personal” part of the “PC” and “PDA” concepts has not come to fruition yet. Sure, your PC account has your preferences and some personal data. Your PDA contains your contacts and to-do lists. But you still end up with personal data in different places. Hence the need for Web apps. As we all know, web apps are quite useful but there’s still room for standalone applications, especially on a handheld. It wouldn’t take much for the iPhone to be the ideal tool to serve as a “universal home” where a user can edit and output files. To a musician or podcaster, it could become the ideal portable studio.

But where the logical step needs to be taken is in “personalization.” Apparently, the iPhone’s predictive keyboard doesn’t even learn from the user’s input. Since the iPhone is meant to be used by a single individual, it seems quite strange that it does not, minimally, adapt to typed input. Yet with a device already containing a headset it seems to me that speech technologies could be ideal. Full-text continuous speech recognition already exists and what it requires is exactly what the iPhone could provide: adaptation to a user’s voice and speech patterns. Though it may be awkward for people to use a voice interface in public, cellphones have created a whole group of people who seem to be talking to themselves. ;-)

Though very different from speech recognition, text-to-speech could integrate really well with a voice-driven device. Sharing the same “dictionaries” across all applications on the same device, the TTS and SR features could be trained very specifically to a given user. While screens have been important on computers for quite a while, voice-activated computers have been prominent in science-fiction for probably as long. The most common tasks done on computers (writing messages, making appointments, entering data, querying databases…) could all be done quite effectively through a voice interface. And the iPhone could easily serve as a voice interface for other computers.

Yes, I’m nightdreaming. It’s a good way to get some rest.

Smells Like Geek Spirit

Ok, too easy. But this piece does mention odours:

Take off your suit pants and jacket — It’s Web 2.0 – Blogs – Code Monkey Business – Builder AU

And, as always, I’m fascinated by geek culture. I associate with it, to an extent, even though I am not a coder.

It’s still really funny, all these parallels between the Net boom of the mid-to-late 90′s and the rather recent “Web 2.0″ discussions.

«Que sont mes amis devenus?»

Y’a pas que Rutebeuf qui soit nostalgique… ;-)

À travers ma quête, quelques noms de personnes que j’ai de la difficulté à contacter.

  • Chantal Bonenfant (Pontmain) [Trouvée!]
  • Christian Fortier (Pontmain, 19è de la Vérendrye)
  • Mathieu Nelson (19è de la Vérendrye)
  • Éric Dumont (19è de la Vérendrye)
  • Simon Vaillancourt (MDLS) [Un ami commun m'a reparlé de lui.]
  • Isabelle Jutras (MDLS)
  • Jean-Pierre Ross (MDLS)
  • Michel Reed (MDLS, BBSL)
  • Dany Provencher (BBSL)
  • Claude Fortier (Quatuor Connivence)
  • Stéphane Grégoire (Quatuor Connivence)
  • François Tourigny (UdeM)
  • Mél-Anye Côté (Allô-Stop)

Réseaux d'anciens

En préparation pour l’anniversaire de mon mariage avec Catherine (déjà sept belles années!) et fête de départ définitif, j’effectue quelques recherches pour retracer de vieux amis. J’avais des vieux numéros de téléphone qui ne sont plus valides depuis longtemps, des adresses de courriel qui ne sont plus en service, des informations assez vagues sur les allées et venues de l’un ou de l’autre…

Peu de grandes réussites dans mes tentatives. Quoique…

  • Les adresses des «copies conformes» peuvent se révêler utiles pour retracer plusieurs personnes à la fois.
  • Canada411.ca nécessite une localisation relativement générale mais m’a permis de retrouver au moins deux personnes.
  • Les liens d’un ami à l’autre peuvent s’avérer de bonnes pistes si quelques-uns d’entre eux ont gardé des contacts.
  • Quelques personnes sont vraiment très stables.
  • Il y a plusieurs groupes pour les anciens de diverses écoles.

Et c’est ce dernier point qui me pousse à bloguer.

Par exemple, en cherchant des informations sur mon école primaire, je tombe sur Retrouvailles.ca. Il s’agit de ce genre de site qui nécessite un abonnement payant pour être vraiment utile (à la LinkedIn.com) mais c’est amusant d’y voir quelques noms connus, surtout des anciens du «Mont», la célèbre école secondaire Mont-de-La Salle. D’ailleurs, cette même école a deux groupes Facebook pour les anciens. Au premier juillet 2007, le premier groupe d’anciens du Mont a 127 membres et le deuxième en a 35 mais avec une belle photo du Mont. En fait, il y a aussi un groupe pour les immigrants qui étaient au Mont, avec 41 membres.

Ce type de démarche, ça met beaucoup de choses en perspective. Je ne suis encore jamais allé à une réunion d’anciens étudiants (j’étais généralement hors du Québec quand elles se sont produites). Mais l’effet me semble assez similaire.

À la présente étape de ma quête, il vaut mieux pour moi attendre les résultats de quelques tentatives de prise de contact. Peut-être que rien ne va fonctionner, mais c’est amusant d’essayer.

Quoi qu’il en soit, je crois que notre célébration sera très agréable dans l’ensemble. Ce qui sera peut-être le plus amusant, c’est que des gens de différents réseaux vont se croiser à cette occasion et certains vont peut-être entretenir des rapports plus étroits dans le futur.